Actualités

Si vous avez l'information d'une actualité à faire partager aux membres de la SWF et à tous les internautes (parution de disques ou de livres, événement, concert, etc.), n'hésitez pas à nous en faire part, en envoyant un mail à : site@furtwangler.fr

Archives

14 juin 2024

Si l’exploitation de journaux d’époque a permis la mise à jour de concerts ayant échappé aux recensements, il faut demeurer prudent et croiser de telles découvertes avec d’autres sources.

Ainsi, le Frauenfreude-Mädchenglück, périodique tchèque de langue allemande, dans sa livraison du 23 janvier 1929, annonce pour le lundi 18 février un concert du Philharmonique de Vienne, au Lucerna Hall de Prague, sous la baguette de Furtwängler. Cette visite aurait fait suite à la série du cinquième concert d’abonnement au Musikverein, les 16 et 17. Il en aurait repris la seconde partie du programme — la Première Symphonie de Mahler — tandis que la première partie aurait affiché la Symphonie n° 1 de Beethoven et Mort et Transfiguration de Strauss. Qui douterait de la réalité de ce concert à la lecture de la dernière phrase de l'annonce : la billetterie est ouverte !

Cette échappée pragoise étant absente de la liste consultable sur le site des Wiener Philharmoniker, nous nous sommes rapprochés de ses Archives, et la réponse est venue rapidement : si Furtwängler évoque bien cette série de concerts et celui de Prague dans une lettre du 8 janvier, ce concert ne figure sur aucune de leurs listes pas plus que dans les programmes imprimés.

Ce concert a donc été annulé, sans que l’on en sache la raison.

7 juin 2024

Cette photo figure sur notre site, et elle semble raconter une histoire : la rencontre de deux grands.

L’épisode se situe lors de la tournée européenne de janvier/février 1932 des Berliner avec Furtwängler, qu’accompagnait le photographe Erich Salomon — évoqué voilà peu dans ces colonnes. Sur le ferry qui les transportait, par une traversée de nuit (8 au 9 février), de Harwich (côte est de l’Angleterre) vers Hoek van Holland, figurait une autre personnalité, Charlie Chaplin.

Erich Salomon résolut des les réunir devant son objectif. Quand il approcha Chaplin, par le biais de la secrétaire de celui-ci, il se vit répondre que Chaplin ignorait le nom même de Furtwängler et qu’il était déjà au lit. C’est finalement à 6h30 le lendemain qu’ils se retrouvèrent alors que le bateau allait accoster. Les deux protagonistes se serrèrent silencieusement la main, sourirent à la caméra, et se séparèrent sans un mot…

31 mai 2024

Cette actualité a porté ses fruits : le matériel proposé a été acquis par un adhérent !

Cette annonce ne s’adresse qu’aux adhérents français, et plus particulièrement aux résidents de l’Île-de-France.

Pour assurer les conférences, la SWF avait acquis, voilà plusieurs années, un amplificateur et quatre enceintes. Nous n’en avons plus l’usage, et les vendons, ensemble, à un prix plus qu’intéressant.

270 €

En revanche, il ne sera pas possible d’expédier ce matériel, et l’acquéreur devra venir l’enlever sur Versailles (78).

Descriptif :
– amplificateur : Marantz PM 5005 (ca. 1998), peu servi, très bon état. Avec sa télécommande.
– enceintes : Mission 731 (ca. 1990), très bon état

En principe, nous vendons le tout ensemble. 

Si cela vous intéresse, adressez un mail à contact@furtwangler.fr

Le contact sera ensuite établi avec la personne qui détient ce matériel sur Versailles.

24 mai 2024

On l’ignorait. Furtwängler a dirigé Tristan und Isolde à l’Opéra de Francfort, comme chef invité. C’était en juin 1921 — quand exactement ? — avant le 28. La seule trace que l’on en a, pour le moment du moins, est un entrefilet dans l’édition du soir du Hamburger Fremdenblatt, daté du mardi 28 juin. Rappelons que, depuis 1920, Furtwängler était le chef des Museumkonzerte de Francfort. 

Apparemment ce fut un succès, dû également à la présence, dans le rôle d’Isolde, de  Béatrice Lauer-Kottlar (1883-1935), qui sera ultérieurement plus connue sous le nom de Sutter-Kottlar après son mariage avec Otto Sutter, homme de presse. Après Strasbourg (y a-t-elle connu le tout jeune Furtwängler ?) et Karlsruhe, elle était attachée à l’Opéra de Francfort depuis 1917, habituée des grands rôles dramatiques : Donna Anna, Leonore, Brünnhilde, La Maréchale…

Si quelqu’un en sait plus…

17 mai 2024

Nous avons édité l’enregistrement de la dernière Huitième de Bruckner par Furtwängler, celle de Vienne 1954, avec le facsimilé du programme correspondant.

Voici le facsimilé du programme d’une autre Huitième, donnée par le Philharmonique de Berlin, à Hambourg, salle du Conventgarten, le 7 janvier 1938. L’Orchestre y avait sa saison, le concert précédant souvent celui donné à Berlin, permettant ainsi un rodage.

Le bâtiment du Conventgarten, Hambourg

10 mai 2024

La braderie, ouverte le 1er mars et close le 22, a rencontré un vif succès, en France et plus encore à l’international. 

Bien des références ont vu leur stock réduit à néant, ce qui était l’objectif premier. Ce qui nous reste est toujours disponible à l’unité, mais — devant vider totalement le box dici fin juin — il ne nous sera bientôt plus possible d’honorer les commandes. 

Aussi, nous avons fixé comme date limite de commande des CD et des livres le 2 juin. À partir de cette date, seuls les produits numériques (SWF D01 à SWF D14) et le streaming seront disponibles sur ce site. Seront néanmoins présentés les disques de la Société allemande, mais à commander auprès d’elle.

C’est une page qui se tourne. C’est aussi le signe le plus visible du tout numérique. Il n’y a pas à le regretter : contrairement à ce que certains pensent et disent, le numérique offre bien plus de possibilités en terme d’échanges (études, streaming, podcast…).

 

3 mai 2024

Certes, Furtwängler n'a pas suscité autant d'ouvrages que Napoléon ou Wagner. Mais tout de même...

À côté de ses propres écrits, et notamment Musique et Verbe et les Entretiens sur la musique, traduits en plusieurs langues, il existe un bon nombre de livres, émanants d'écrivains allemands, mais aussi français, américains, anglais ou japonais, qui s'attachent à tel ou tel aspect du personnage.

Sa vie, sa carrière, sa technique ou son style de direction ont fait l'objet d'études souvent documentées et  pertinentes.

C'est cette bibliographie que l'on trouvera une fois de plus mise à jour.

24 avril 2024

C’est un de ces facsimilés de programmes que l’on attendait, tant le concert est emblématique de l’entité Furtwängler : son orchestre, dans sa salle, dans son répertoire, en pleine maturité. Nous sommes fin juin 1943, et pour toujours, grâce à l’enregistrement, l’événement traversera les âges.

Découvrez ce document.

17 avril 2024

Le Wilhelm Furtwängler Centre of Japan (http://furt-centre.com/english/eindex.htm) vient de sortir un triple album (CD) consacré à Schubert.

La couverture, reproduite ci-dessous, indique clairement le contenu. Nous n’y reviendrons donc pas, sauf à rappeler que le concert Schubert de Stockholm de 1943 a fait l’objet d’un produit de notre association (SWF D06), le proposant en téléchargement haute définition (9 €).

Le produit japonais est proposé au prix de 6500 yens (soit environ 40 € ou US$ 43), bien entendu en sus de l’adhésion.

Un seul point mérite d’être souligné : le mastering a été opéré en alignant les deux orchestres (Berlin et Vienne) sur le même diapason au La = 443. Nous y reviendrons prochainement, car cela fait débat.

10 avril 2024

Vous trouverez sur la boutique, et sur la page streaming, notre nouveau produit,

SWF D14

Comme déjà annoncé dans les deux dernières actualités (22 mars et 29 mars), il s’agit de la captation de la 8e Symphonie de Bruckner du 10 avril 1954, à Vienne. Il y a 70 ans…

Vous serez sensible au son exceptionnel de la bande que nous avons pu obtenir, et au travail de Christophe Hénault, qui a réussi à effacer un bon nombre de « scories », qui entachaient le discours musical.

Vous trouverez, sur cette page d’accueil, le lien vers un podcast, réalisé par Guilhem Chameyrat : notre président, Félix Matus-Echaiz s’y entretient avec Jean-Claude Hulot, chroniqueur musical et spécialiste de Bruckner (et : https://youtu.be/a1KU47jbpiY?si=plGjCra_-vwEETQn). Ce podcast est également à télécharger dans le pack numérique, aux côtés 

– des fichiers son (haute définition et définition CD) ;
– du livret numérique (en français et en anglais), avec un texte de Mark Kluge, et de nombreuses photos ;

– d'un article technique, Hommage au C12, en pdf ;
– des pdf de la couverture et de la jaquette, pour ceux désirant graver un CD (attention: plus de 80') ;

– du facsimilé du programme de l’époque.

Enfin un souhait. Nous publions des albums (le récent « Lucerne », la « Neuvième de Stockholm » etc.), mais nous n’avons pas de retour… Vous savez qu’il vous est possible de rédiger un commentaire à cet article. Ne vous en privez pas ! 

4 avril 2024

Inlassablement nous mettons à jour la liste des concerts. Et d’ailleurs certains adhérents répondent aux « avis de recherche » qui émaillent nos actualités. Ainsi en a-t’il été pour le concert avec le Blüthner Orchester de 1915.

Pourquoi ? Le travail réalisé voilà plus d’une trentaine d’années par René Trémine, complété également par d’autres découvertes — en particulier le recueil des concerts en tournée du BPO — constitue toujours une base fiable et exhaustive, source de la liste que nous présentons sur notre site.

Mais la mise à disposition des programmes sur les sites de grands orchestres (Philharmonique et Symphonique de Vienne, New-York, Francfort…) et surtout la numérisation des journaux d’époque permettent de confronter les programmes annoncés — et souvent repris comme tels dans la « liste » —, à la réalité de ce qui a été joué, avec des modifications, voire des surprises étonnantes, que nous nous empressons de répercuter sur la base.

Deux exemples, rien que pour février 1919 à Mannheim :

– le 8 : la liste annonçait, sous les doigts de la pianiste Lili Koppel, le Concerto de Schumann et la Fantaisie hongroise de Liszt. En réalité, l’Orchestre et Furtwängler ont donné Hungaria, le poème symphonique de Liszt, tandis que la dénommée Koppel, accompagnée par les mêmes, a interprété, outre Schumann, le Konzertstück opus 40 de… Cécile Chaminade !

– le 18 : le violoncelliste Paul Grümmer était programmé pour interpréter le Concerto pour violoncelle d’Eugène d’Albert, une première à Mannheim. Empêché par des difficultés de déplacement, il est remplacé au dernier moment par la soprano Elfriede Müller (du Nationaltheater), qui donne un air d’Alceste de Gluck. Mais ô surprise : Paul Grümmer vient d’arriver, et, à défaut du concerto, il interprète la Suite pour violoncelle seul, en la mineur, opus 131 n° 3, de Max Reger, d'ailleurs prévue au programme.

C’est toujours réconfortant de penser que l’on a encore du grain à moudre.

 

29 mars 2024

Nous vous avons annoncé la sortie de notre prochain produit : la 8e Symphonie de Bruckner de 1954.

Le son de l’enregistrement est exceptionnel, à rapprocher — pour rester sur la même période — du concert de Paris du mois de mai (Radio-télévision française) ou de la 9e de Beethoven de Lucerne (Radio suisse).

Pourquoi ? La réponse tient en un mot : le C12.

Que se cache-t-il derrière ce sigle ? Lisez la suite.

Page 1 - Aller à la page