Toutes les actualités

Si vous avez l'information d'une actualité à faire partager aux membres de la SWF et à tous les internautes (parution de disques ou de livres, événement, concert, etc.), n'hésitez pas à nous en faire part, en envoyant un mail à : site@furtwangler.fr
6 novembre 2019

Furtwängler « en concert », on connait ! Pensez-donc, il en a dirigé plus de 3000 ! Mais, Furtwängler « au concert », autrement dit assistant à un concert, on en a, en définitive, peu de témoignages.

En voici un visuel : un concert privé à Berlin en 1936, au cours duquel Maria Reining donna un récital de Lieder de Brahms.

Après une conversation avec son ami, André François-Poncet — notre ministre français à Berlin —, Furtwängler a pu s’installer confortablement pour goûter, côté public pour une fois, à l’art d’un interprète.

31 octobre 2019

Le 19 fut donc une grande journée, celle marquant les cinquante ans de la SWF.

Nous reviendrons ultérieurement sur l’Assemblée générale, en vous livrant son compte-rendu.

Ce cinquantenaire fut l’occasion d’un concert exceptionnel, qui restera certainement gravé longtemps dans les mémoires des auditeurs. Le Varian Fry Quartett, qui faisait ses débuts en France, s’est révélé de premier plan. À la demande des musiciens, l’ordre du concert a été modifié : Schubert – Beethoven – Ravel. L’ampleur du son, la justesse d’intonation, les lectures abouties des partitions, l’investissement total des instrumentistes ont été particulièrement salués.

Comme annoncé dans le programme (reproduit à la page ‘Concerts’), le concert a fait l’objet d’un enregistrement, qui devrait être disponible en streaming pour les adhérents d’ici la fin de l’année.

 

26 octobre 2019

N’allez pas imaginer Furtwängler en tenue de jogging arpentant le bois de Vincennes. Plus simplement, entouré de quelques officiels, il participa à une cérémonie autour d’un monument entouré de mystère et totalement ignoré des Vincennois et de leurs voisins parisiens.

Pour connaître cette histoire peu banale.

21 octobre 2019

La première conférence de la saison — voir la page avec les détails — sera consacrée à un orchestre cher entre tous aux oreilles des furtwänglériens : le Philharmonia de Londres, l’orchestre du Tristan de 1952.

Ce sera aussi l’occasion de retrouver notre conférencier favori, Sami Habra.

Ce mercredi 23 octobre à 20h.

19 octobre 2019

Il y a un mois nous publiions le facsimilé du concert des Berlinois à Essen, le 11 mai 1951. C’était l’avant-dernière étape de leur tournée, qui s’acheva le lendemain à Münster. On pouvait espérer un peu de repos pour Furtwängler, sur les routes depuis plus d’un mois ! Pas du tout : il enchaîne avec un concert d’abonnement du Philharmonique de Vienne, les 19 et 20 du même mois. En voici le facsimilé.

Et ne croyez pas qu’il s’en tient à un programme « bateau » : certes, on y entend la Cinquième de Beethoven, mais précédée de l’Ouverture Scapino de Walton et de la Symphonie en ré de Franck !

Les microphones que l’on voit sur la photo ci-dessus, prise le 19 mai, ont bien retransmis le concert, mais la radio, Rot-Weiss-Rot, ne semble pas l’avoir conservé…

12 octobre 2019

Nous l’annonçons depuis longtemps, et nous sommes passés du rêve au projet, et du projet à la réalité : le cinquantenaire de la SWF sera célébré le samedi 19 octobre.

Si vous avez perdu le fil, retrouvez les infos sur ce site, et notamment sur la page consacrée au concert public.

Il est encore temps de se joindre à nous.

À tout bientôt.

5 octobre 2019

Voici disponible le nouveau produit de la SWF : le téléchargement (haute définition et format CD) du concert Schubert que Furtwängler et ses Viennois donnèrent au Konserthuset de Stockholm le 12 mai 1943.

Nous n’avons pas tout le concert. Manquent l’Ouverture de Rosamunde, le mouvement lent de l’Inachevée et une bonne partie du bis : La Valse de l’Empereur de Strauss. Mais le principal est bien là : la 9e, la ‘Grande’, magnifiée par une interprétation très viennoise dans le style, une exécution hors paire, et surtout un aspect détendu. Nous sommes loin de Berlin et de sa 9e très noire, des affres d’une nation en guerre : les musiciens semblent retrouver la paix dans un pays que sa neutralité a tenu écarté de l’agitation sombre de ces années.

Mais tout autant devons-nous insister sur l’excellence du rendu sonore. La Radio suédoise, qui nous a fourni une copie de son archive, faisait bien les choses, et — mis à part un léger bruit de fond (archivage sur des disques à gravure direct 33t/40 cm) — nous bénéficions d’une captation qui rend justice au phrasé, à l’incroyable dynamique, aux couleurs fruitées des bois, à l’opulence des cuivres, au chatoiement des cordes.

Jamais aucune publication de ce concert n’avait atteint un tel niveau, et le mérite en revient notamment au Studio Art et Son (Christophe Hénault). L’édition reprend, pour le livret (un en français, un en anglais), le très beau texte rédigé par le regretté Lee Schipper pour la première publication en vinyle, ainsi que des articles de presse parus dans les journaux autrichiens à l’occasion de ce voyage nordique de 1943.

Page 2 - Aller à la page