Toutes les actualités

Si vous avez l'information d'une actualité à faire partager aux membres de la SWF et à tous les internautes (parution de disques ou de livres, événement, concert, etc.), n'hésitez pas à nous en faire part, en envoyant un mail à : site@furtwangler.fr
8 juin 2019

Décidément, le coffret Philharmonique de Berlin/archives de la guerre suscite des commentaires. Après la presse écrite, c’est la radio qui s’en fait l’écho.

Signalons notamment une émission spéciale qui lui est consacrée par la station « Deutschlandfunk Kultur » le dimanche 9 juin à 15h05. L’invité n’est autre qu’Helge Grünewald, le président de notre sœur d’outre-Rhin, la « Furtwängler Gesellschaft ».

5 juin 2019

Il y aura un jour un article à écrire sur Furtwängler et l’automobile. Il y vint relativement tard, au début des années 30, après des leçons de conduite dispensées notamment par Gilbert Back, violoniste des Berliner.

En tout cas, sa première voiture fut digne de sa notoriété : un cabriolet Horch — marque encore plus sélecte que Mercedes — modèle 830, équipé d’un V8 de 3 litres et carrossé par Gläser de Dresde, comme celui ci-dessous.

Il ne la garda pas longtemps. Ramenant Richard Strauss après une répétition (Elektra ?), et en pleine discussion, il en oublia la circulation, se mélangea les pédales et termina sa course dans une belle voiture en stationnement, qui se révéla être celle du… Kronprinz ! Strauss ne remit plus jamais les pieds dans un véhicule conduit par Furwängler, lequel afficha par la suite des prétentions plus modestes : DKW et même une « Cocinnelle »…

Et merci à Klaus Kramer, du Horch Club, Zwickau

31 mai 2019

La nouvelle étude que nous propose Stéphane Topakian traite d’un sujet important, mais peu développé jusqu’à présent : Furtwängler et Schoenberg — en s’appuyant notamment sur la documentation de l’Arnold Schoenberg Center de Vienne et au travers des traductions toujours aussi pertinentes de Marc Trautmann.

Nous y trouvons la liste intégrale des concerts comprenant des œuvres de Schoenberg, ainsi que la correspondance inédite entre Furtwängler et le couple Schoenberg (Arnold et Gertrud) entre 1919 et 1954 et les lettres de Schoenberg dans lesquelles il est question de Furtwängler.

La création houleuse des Variations Op. 31 le 2 décembre 1928 est présentée dans un chapitre à part avec l’ensemble des critiques parues dans la presse dont le haut niveau de qualité constitue une heureuse surprise.

Dans sa globalité, cette étude nous montre comment Furtwängler concevait son rôle et sa responsabilité dans la propagation de la musique de son temps et aussi, sur le plan humain, comment il a aidé Schoenberg (et plus tard sa veuve) à obtenir une indemnisation de son éviction brutale de l’Académie prussienne des Arts en mai 1933.

Ph.J.

 

Page 3 - Aller à la page