La « Pastorale » : au dessus de la mêlée (SWF D08)

Elle est bien belle cette Pastorale de Beethoven, captée lors de concerts du Philharmonique de Berlin, en mars 1944 dans la salle du Staatsoper (entre une reconstruction et une seconde destruction).

Benoît Lejay, dans une étude comparative très complète — que nous re-publierons — a noté combien elle était plus mouvementée, moins sage, moins "classique" que la version commerciale gravée par EMI en 1952 à Vienne.

Nous l'avions rééditée, pas très bien d'ailleurs, en CD. Depuis, les Berliner Philharmoniker l'ont sortie dans leur volumineux ensemble des enregistrements 1939-1945. On aurait pu s'en réjouir et y voir une édition "définitive". Mais, il convient d'en rabattre ; leur publication souffre de deux écueils : une stéréo artificielle inutile autant que maladroite (par déphasage) et une absence de remise de la bande à la bonne vitesse. Si bien que "leur" Pastorale sonne au diapason d'un La à 448 Hz !

Nous la présenterons dans son "jus", celui d'un enregistrement monophonique, comme Friedrich Schnapp savait le faire.

Nous prévoyons la sortie en téléchargement (y compris haute définition) pour la mi-mai. Comme toujours, il est possible, à partir de la version en 16/44, format "CD" de graver un compact pour une lecture traditionnelle.

Enfin, ajoutons que le texte du livret — comme toujours de haute volée — est signé du regretté Harry Halbreich.

 

25 avril 2020

Laisser un commentaire