Mozart, Furtwängler et Guitry

Un concert de Furtwängler qui ne se termine pas dans les applaudissements, est-ce possible ?

Oui. L’exécution solennelle du Requiem de Mozart, le jour du 150e anniversaire de la disparition de Wolfgang Amadeus, le 5 décembre 1941 au Musikverein de Vienne, fut suivi d'un grand silence, qui perdura un bon moment, jusqu’à l'ouverture des portes.
La raison ? Un ratage complet ? une alerte aérienne ? un concert sans public ? Rien de tout cela, mais seulement un avis figurant dans le programme :

Le public est prié de s’abstenir de tout applaudissement à la fin du Requiem.
L’assemblée se lèvera et demeurera ainsi une minute
dans un respectueux silence à la mémoire de Mozart.

Notre grand Sacha avait été moins protocolaire : « Lorsqu’on vient d’entendre un morceau de Mozart, le silence qui lui succède est encore de lui. »

Avant-programme

Le fac-similé du programme — qui est en fait celui de la reprise du lendemain — est en ligne. Lié à la fiche du concert correspondant, il est également accessible depuis la rubrique Demandez le programme !

19 novembre 2017