Concert de Berlin du 28 septembre 1947

Fin 1947, les forces d’occupation alliées à Berlin s’étaient installées dans une stabilité délicate, et la Société de Musique de Dahlem, une initiative des autorités militaires, avaient dans l’idée de jeter un pont culturel entre les mélomanes allemands et américains. Le 28 septembre, cet organisme, à la nomination bien modeste, n’hésita pas à monter un concert de bienfaisance pour le personnel des Alliés, qui paya le billet 2,50 $ pour entendre parmi les plus grands musiciens au monde, et leva 2000 $ pour les instruments et le matériel des cinq orchestres berlinois. Le concert fut redonné pour le grand public, puis Menuhin et Furtwängler rejouèrent le Concerto de Beethoven le 2 octobre, avec la Staatskapelle ; et Menuhin donna encore trois concerts durant sa visite d’une semaine, faisant don de ses cachets à des causes médicales et musicales de la ville. Il avait déjà joué avec Furtwängler à Lucerne et Salzbourg, avec pour résultat à Berlin l’accusation d’avoir trahi son peuple : il raconte l’histoire et comment il rencontra et triompha de ses adversaires dans son autobiographie Le Voyage inachevé.

Parmi le personnel militaire composant le public il devait y avoir des auditeurs peu familiarisés avec la musique classique, mais le programme ne leur apportait aucune information sur les interprètes et rien qui puisse les éclairer sur les œuvres mêmes. Les commentaires sont en effet presque incompréhensibles, avec leurs allusions codées à des personnes ou des problèmes du Berlin occupé, des passages en allemand non traduits, des notes sans pertinence sur la famille Rellstab, et un ton méprisant et peu attrayant pour ce genre d’exercice.

Espérons que ce verbiage ne gâcha pas la joie de quiconque, pour un concert — et l’enregistrement radio subsistant l’atteste — qui permit d’entendre deux parmi les grands partenaires musicaux du moment.

Roger Smithson
Traduction : Stéphane Topakian

Seuls les membres peuvent télécharger ce programme
J'adhèreDéjà membre ?
Je me connecte