Toutes les actualités

Si vous avez l'information d'une actualité à faire partager aux membres de la SWF et à tous les internautes (parution de disques ou de livres, événement, concert, etc.), n'hésitez pas à nous en faire part, en envoyant un mail à : site@furtwangler.fr
5 février 2020

Le (la) détenteur(trice) de ce billet assista à un concert qui est resté quelque peu dans l’ombre durant la carrière de Furtwängler.

Fin décembre 1950, Furtwängler dirigea à Berlin une série de Neuvième de Beethoven, qui n’est pas demeurée dans les souvenirs, sans doute parce qu’elle n’a pas été enregistrée (huit autres l’ont été entre 1947 et 1954 !).

Pour le chercheur, elle offre bien des détails curieux :
– C’est la seule Neuvième donnée au Titania Palast : sans doute dut-on agrandir une scène où l’orchestre seul était déjà à l’étroit,
– une des rares fois où Furtwängler eut recours au chœur de la Cathédrale Saint-Edwige,
– la seule fois où il dirigea une merveilleuse soprano, qui devait disparaître, encore jeune, quelques années plus tard : Elfriede Trötschel.

Pour lui assurer une place distinguée dans nos archives, en voici le facsimilé.

6 novembre 2019

Furtwängler « en concert », on connait ! Pensez-donc, il en a dirigé plus de 3000 ! Mais, Furtwängler « au concert », autrement dit assistant à un concert, on en a, en définitive, peu de témoignages.

En voici un visuel : un concert privé à Berlin en 1936, au cours duquel Maria Reining donna un récital de Lieder de Brahms.

Après une conversation avec son ami, André François-Poncet — notre ministre français à Berlin —, Furtwängler a pu s’installer confortablement pour goûter, côté public pour une fois, à l’art d’un interprète.

31 octobre 2019

Le 19 fut donc une grande journée, celle marquant les cinquante ans de la SWF.

Nous reviendrons ultérieurement sur l’Assemblée générale, en vous livrant son compte-rendu.

Ce cinquantenaire fut l’occasion d’un concert exceptionnel, qui restera certainement gravé longtemps dans les mémoires des auditeurs. Le Varian Fry Quartett, qui faisait ses débuts en France, s’est révélé de premier plan. À la demande des musiciens, l’ordre du concert a été modifié : Schubert – Beethoven – Ravel. L’ampleur du son, la justesse d’intonation, les lectures abouties des partitions, l’investissement total des instrumentistes ont été particulièrement salués.

Comme annoncé dans le programme (reproduit à la page ‘Concerts’), le concert a fait l’objet d’un enregistrement, qui devrait être disponible en streaming pour les adhérents d’ici la fin de l’année.

 

Page 3 - Aller à la page