Furt’, Busch et Serkin

En préparant une petite étude sur Furtwängler et Max Reger, à paraître, une anecdote remonte à la surface qui met aux prises le chef, le violoniste Adolf Busch et le très jeune pianiste Rudolf Serkin.

Rien de très important, sinon que l'examen un peu attentif des faits amène à une conclusion, en fait un précepte immuable : rester vigilant à la lecture de biographies. Ce petit article Au cœur d'un continuo est réservé aux adhérents.

14 février 2018