Entre Hollywood et Vienne

Il était une fois un musicien, viennois d’adoption, qui dès son plus jeune âge fut promis à un avenir des plus brillants. On cria au génie dès ses premières œuvres. Il s’appelait Erich Korngold, et ce n’est pas pour rien que son père, musicien et devin, lui avait adjoint un second prénom et pas n’importe lequel : Wolfgang. Les plus grands s’étaient penchés sur son berceau : Mahler, Strauss, Zemlinsky, Weingartner, Nikisch… Et les premiers succès, notamment deux opéras — Das Ring des Polycrates et Violanta — avaient confirmé les oracles. Mais on peut porter le prénom de Wolfgang et ne pas être Mozart. La veine du génie se tarit peu à peu, sans que pour autant il manquât de talent ou d’ambition. Le compositeur, pour des raisons artistiques, bientôt doublées de raisons politiques, chercha refuge et travail aux États-Unis, et notamment à Hollywood, où il trouva un second souffle en écrivant des partitions qui firent merveille pour accompagner le bel Errol Flynn en Robin des bois, et la fort jolie Olivia de Havilland dans Captain Blood, ou l’inverse.

Il nourrissait l’espoir de revenir sur la scène « classique », et dès la fin de la guerre, organisa un retour à Vienne, avec, dans ses valises, Symphonie, Sérénade et Concertos. Furtwängler joua le jeu, créant la Sérénade pour cordes à la Philharmonie de Vienne. Las ! Le monde avait changé, Vienne aussi, et Korngold ne retrouva jamais la place qu’il avait un moment occupée.

C’est le programme de cette création mondiale, le 15 janvier 1950, que nous proposons en facsimilé, également accessible depuis Demandez le programme !

18 mai 2018